Paul-André

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai débuté, le 17 juin dernier, le défi extrêmement stimulant de présider l’OOAQ. S’amorce ainsi un changement organisationnel qui s’inscrit dans la continuité  de ce qui se fait de mieux ici, en regard de la mission de protection du public, mais qui sera teinté des nouvelles couleurs que je souhaite apporter à notre Ordre professionnel dans les prochaines années.

Comme moi, vous êtes aussi constamment sollicités, parfois, sans le vouloir, par des changements  profonds dans vos milieux qui impactent aussi votre pratique. Certains même, pour la énième fois de leur carrière. Effectivement, les systèmes de santé et d’éducation sont en mutation, ce qui implique des ajustements, des remises en questions et beaucoup d’innovation pour maintenir des services de qualité à la population tout en se réalisant comme professionnel au travail.

Le système professionnel n’est pas épargné et se modernisera au cours des prochaines années, demandant souplesse et vigilance, nécessitant de revoir nos façons de faire à l’Ordre pour réaliser pleinement sa mission.

Outre l’incertitude que cela peut parfois amener, le changement peut être porteur d’espoir, mais aussi  d’opportunités à saisir pour réaffirmer notre présence dans les dossiers qui nous concernent et nous intéressent. Pour se faire, information, communication et transparence sont les mots clés qui animeront ces chroniques dès le début de l’automne. En souhaitant que cela stimule votre implication et vos questionnements pour toujours nous amener à réfléchir sur les enjeux qui touchent la protection du public.

Heureusement, il y a des choses qui ne changent pas comme le bonheur d’être en vacances pour profiter de la présence de nos proches, pour faire de nouvelles découvertes ou tout simplement pour flâner. Je tiens donc à vous souhaiter à tous, chers membres orthophonistes et audiologistes, une excellente période estivale vous permettant de faire le plein d’énergie pour entamer l’automne avec sérénité, discernement et créativité.