Plusieurs membres ou partenaires s’adressent à l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) pour connaîtreles critères audiométriques du dépistage auditif. Cette fiche vise à encourager l’uniformisation des procédures.

 

Exemples de situations potentielles

Une infirmière effectue des dépistages auditifs dans les écoles.  Lorsque les résultats des enfants indiquent que le dépistage auditif n’est pas réussi, elle les réfère dans une clinique d’audiologie de la région. Une lettre de recommandation est envoyée aux parents leur indiquant le résultat du dépistage auditif ainsi que les coordonnées d’endroits où ils peuvent consulter pour une évaluation audiologique complète. L’infirmière assure le suivi en communiquant par téléphone avec les parents un mois après la référence.

De façon similaire, un intervenant qui réalise des dépistages auditifs dans une usine réfère les travailleurs qui ont échoué le dépistage auditif en audiologie pour une évaluation audiologique complète. Dans sa région, un système direct de référence est organisé dans le réseau public.

 

Résumé des critères de passage et de référence

Selon l’American Speech-Language-Hearing Association (ASHA), les fréquences testées d’un dépistage auditif sont 1000 Hz, 2000 Hz et 4000 Hz. Il faut obtenir 2 réponses fiables sur 3 présentations à chacune des fréquences à 20 dB, s’il s’agit d’un enfant, et à 25 dB, s’il s’agit d’un adulte, à chaque oreille afin de considérer le dépistage auditif réussi. Dans le cas contraire, une référence doit être faite pour une évaluation audiologique.

 

Aspects réglementaires

Selon le Guide explicatif de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines, connue sous le diminutif de PL21, le dépistage est une activité qui : « vise à départager les personnes qui sont probablement atteintes d’un trouble non diagnostiqué ou d’un facteur de risque d’un trouble, des personnes qui en sont probablement exemptes. L’intervention de dépistage en elle-même ne permet pas de poser le diagnostic ou d’attester un trouble ou une maladie. Les personnes pour lesquelles le résultat du dépistage s’avère positif sont orientées afin qu’une investigation complémentaire soit effectuée ».

Le dépistage auditif constitue donc un moyen de déterminer le besoin d’une évaluation audiologique.

De plus, selon l’article  37.1  alinéa 2° du Code des professions, l’audiologiste se voit réserver entre autres l’activité d’évaluer les troubles de l’audition dans le but de déterminer le plan de traitement et d’intervention audiologiques.

 

Rôles et compétences principalement visés

Les orthophonistes et les audiologistes ont l’habitude de se référer à leur rôle central auprès des clients. Toutefois, il est essentiel de se rappeler que les profils de compétences en orthophonie ou en audiologie font aussi état des rôles suivants :

  • Rôle central comme audiologiste­;
    • administrer des programmes de dépistage;
    • Rôle de collaborateur;
    • collaborer avec d’autres pour présenter une approche intégrée des services au client;
    • Mettre à contribution son expertise d’audiologiste dans un cadre de collaboration;
    • Rôle de promoteur de la santé;
    • participer à des activités de promotion et de prévention;
    • promouvoir le rôle essentiel que joue l’audiologiste pour les clients ayant ou risquant d’avoir ne perte d’audition ou des troubles auditifs;
    • Rôle de gestionnaire;
    • superviser le personnel de soutien.

 

Autres ressources sur le sujet hébergé sur MAIA 

 

Note : les mots-clés inscrits sur MAIA vous donneront également accès aux documents déposés ainsi qu’à toutes les discussions et questions posées sur la plate-forme par les membres concernant ces sujets.

Pour en savoir plus sur le sujet 

  • Alberta College of Speech-Language Pathologists and Audiologists. (2008). Hearing Screening Guidelines.
  • American National Standards Institute. (1991). Maximum permissible ambient noise levels for audiometric test rooms (ANSI S3.1-1991). New York: Acoustical Society of America.
  • American Speech-Language-Hearing Association. (1997). Guidelines for Audiologic Screening [Guidelines].

 

Cliquez ici pour la version PDF.

 

Attention : la présente fiche a une portée générale et doit être considérée comme informative. Il ne s’agit pas d’un avis légal.