Paul-André

Je donnais récemment une conférence devant un auditoire d’étudiants, futurs membres de l’OOAQ.

En expliquant le système professionnel et les enjeux de nos professions, je me plongeais dans ces regards allumés, ces questions pertinentes, ces opinions lucides et ces commentaires pleins d’enthousiasme empreints d’un idéalisme rafraîchissant.

Ces futurs membres me partageaient leur désir profond de s’impliquer, au-delà du cadre de leur travail d’orthophoniste, pour qu’ultimement leur profession rayonne et soit reconnue. Il faut voir leurs inquiétudes se transformer en motivation. Il faut voir toute la créativité qui les anime face aux solutions à envisager pour que la population reçoive des soins à la hauteur des compétences qu’ils acquièrent. Il faut côtoyer ces futurs professionnels qui perçoivent très bien la ligne d’arrivée, qui sont conscients qu’il y aura des obstacles, mais qui ne les anticipent pas encore ni ne savent comment les surmonter. Ils ont besoin d’être épaulés et rassurés quant à la collaboration de tous les membres afin que chaque génération d’orthophonistes et d’audiologistes puisse prendre sa place dans le système. Chacun doit revendiquer de meilleurs soins pour les plus vulnérables. Le faire collectivement, à l’unisson, c’est garantir une voix plus forte et une écoute plus attentive. Il faut à tout prix éviter que les défis et les obstacles qui mènent au fil d’arrivée n’engendrent un repli sur nous-mêmes, alors qu’on fait face à un système qui s’ouvre et se décloisonne.

Cette réflexion me permet de réaffirmer ce que j’ai toujours pensé : L’OOAQ, c’est avant tout, ses membres au service de la population québécoise. Sans l’implication de ses membres, sans l’innovation, les questionnements et le partage de solutions de ses membres, sans la présence d’un profond sentiment d’appartenance à une mission collective : il n’y a pas d’ordre, il n’y a pas d’âme.

L’engagement des membres, c’est le point de départ de la route à parcourir qui nous permettra de franchir ensemble la ligne d’arrivée.