L’arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) Québec France : une entente historique gagnant-gagnant-gagnant

ooaq-signature-arm

Le 14 octobre dernier, j’ai eu l’honneur et le privilège de signer, au nom de l’Ordre, le tout premier arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) pour les orthophonistes. Cet arrangement permet à la fois de faciliter la mobilité de la main-d’œuvre des deux côtés de l’océan tout en continuant d’assurer la qualité des services à la population en établissant les conditions réciproques pour la permission légale d’exercer cette profession. Une entente gagnante pour les orthophonistes diplômés du Québec, pour les orthophonistes diplômés de la France et pour la population québécoise.

Cette signature s’est faite en présence du premier ministre du Québec M. Philippe Couillard, du premier ministre français M. Manuel Valls, de la consule générale de France à Québec, madame Laurence Haguenauer ainsi que de plusieurs ministres et dignitaires.

 

Pourquoi un ARM pour les orthophonistes à ce moment-ci?

Les arrangements de reconnaissance mutuelle sont le résultat de l’entente France-Québec qui a eu lieu en 2009 et qui invitait à la collaboration entre les deux nations en regard de la reconnaissance des compétences des professionnels. De nombreux ordres professionnels ont signé avec leurs homologues français leur propre ARM. En 2013, le rehaussement du programme français en orthophonie au niveau de la maîtrise a facilité les négociations jusqu’à l’entente équitable dont nous sommes témoins aujourd’hui. De fait, je tiens à remercier l’équipe de la permanence de l’OOAQ qui déploie effort et énergie depuis plusieurs mois pour conclure cette entente.

 

Pourquoi pas d’ARM en audiologie?

La profession d’audiologiste, telle qu’exercée au Québec, n’existe pas pour l’instant en France. Actuellement, le seul master traitant de l’audiologie offert dans ce pays est une spécialisation en neuroprothèse notamment pour les audioprothésistes, les médecins ou les orthophonistes,  rendant une reconnaissance mutuelle difficile à démontrer.

 

Et la suite…

Pour permettre l’entrée en vigueur de l’ARM, l’OOAQ devra développer un règlement qui en encadrera l’application. Plusieurs éléments sont déjà en place pour accélérer le processus et vous serez tenus au courant des développements dans ce dossier.

Enfin, d’autres ARM avec d’autres pays sont appelés à être signés dans les prochaines années, témoignant de l’importance qu’accordent les ordres professionnels à l’intégration des nouveaux arrivants tout en assurant la protection du public au regard de la compétence de leurs membres.

 

Photo – de gauche à droite : À l’avant – la consule générale de France à Québec, Mme Laurence Haguenauer et le président de l’OOAQ, M. Paul-André Gallant. À l’arrière – le  premier ministre français, M. Manuel Valls et le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard. Crédit : ministère des Relations internationales et de la Francophonie.