Les orthophonistes et audiologistes se positionnent pour nos aînés en perte d’autonomie

Paul-André

Cet automne, le ministre de la Santé a annoncé une consultation publique concernant l’optimisation des soins et services en CHSLD et des soins à domicile. Porté par le désir de faire valoir l’apport essentiel des orthophonistes et audiologistes chez les personnes en perte d’autonomie à la maison ou en CHSLD, l’OOAQ s’est impliqué dans une rencontre de travail sur la contribution interprofessionnelle aux soins et services en CHSLD, où étaient présents les sous-ministres du ministère de la Santé et des Services sociaux, de même qu’au Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD. D’ailleurs, madame Marie Julien, orthophoniste et monsieur Jonathan Côté, audiologiste, ont été désignés pour participer à ce forum qui réunissait des organismes gouvernementaux, associatifs et communautaires.

Suite à cette grande réflexion, le ministère consulte actuellement les ordres professionnels sur les enjeux en ce qui a trait aux soins et services en CHSLD et à domicile. Pour l’OOAQ, il est important de changer le paradigme qui met actuellement davantage de l’avant les soins dans une perspective médicale. De fait, il faut aussi traiter des services nécessaires aux aînés dans le but de maintenir leur autonomie et le respect de leur dignité, d’assurer leur sécurité et leur qualité de vie, au cœur de leur milieu de vie, dans une perspective de proximité et de bientraitance.

Certes, la clientèle en CHSLD a souvent des problématiques médicales lourdes et complexes, mais quand on pense que 90 % de ces personnes ont un problème de communication et/ou d’audition et qu’on estime qu’entre 30 % et 50 % ont des troubles de déglutition, il est nécessaire que l’OOAQ, dans sa mission de protection du public, fasse valoir l’importance d’inclure les orthophonistes et audiologistes dans les équipes de soins. Ils pourront ainsi outiller et sensibiliser les intervenants et les familles aux effets des troubles de la communication, de l’audition et de la déglutition et pourront intervenir au moment opportun.

 

Mémoire sur l’éducation à la petite enfance et représentation à la Commission

Le 25 novembre dernier, dans le cadre de la grande semaine des tout-petits, l’OOAQ déposait son mémoire auprès de la Commission sur l’éducation à la petite enfance. L’accent y est mis sur l’importance de l’intervention précoce sur la communication et l’audition pour assurer l’égalité des chances de réussite ainsi que sur le fait que les orthophonistes et audiologistes doivent être plus accessibles et présents, tant en ce qui concerne les services directs en milieu de garde, que pour la formation aux éducateurs et aux gestionnaires. L’Ordre réitère qu’intervenir en petite enfance c’est un investissement qui est payant à court, moyen et long termes, car il s’agit de notre avenir comme société. Cliquez ici pour consulter le mémoire.

L’Ordre souhaite remercier les membres qui ont supporté la permanence dans la rédaction de ce mémoire : Nada Carlomusto, orthophoniste; Odrée Dionne-Fournelle, orthophoniste; Jérémie Duval, audiologiste; Marie-Pier Gingras, orthophoniste et Marie-Claude Leclerc, orthophoniste.

De plus, l’OOAQ a été invité par la Commission pour aller présenter ce mémoire le 6 décembre prochain. Ce sera une occasion supplémentaire de réitérer le positionnement de l’Ordre à l’égard de la qualité et de l’accessibilité aux services pour les tout-petits.