Le 24 janvier dernier, l’Ordre organisait une formation essentielle sur le trouble développemental du langage et son impact fonctionnel sur les personnes qui en souffrent. Ce fut une occasion unique de tous s’aligner avec les données scientifiques les plus récentes, mais aussi de réfléchir et discuter sur ce sujet fort important pour assurer une cohérence de nos actions dans les milieux cliniques. Lors de cette formation, nous avons eu la visite du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-François Roberge.

L’Ordre travaille très fort auprès des différents cabinets du gouvernement. En invitant un ministre à nos activités, notre intention est de s’assurer que les orthophonistes et audiologistes du Québec demeurent sur l’écran radar du monde politique. C’est de cette façon que nous pourrons avoir de l’influence et ainsi travailler de manière efficace et proactive sur les différents enjeux touchant nos domaines d’expertise. En démontrant au ministre la motivation de 700 orthophonistes, réunis dans un but unique d’amélioration de la pratique clinique, nous lui présentons une image très forte de notre engagement et de notre professionnalisme.

Notre but est d’avoir une oreille attentive du monde politique tout en démontrant notre crédibilité. Par ailleurs, j’ai pu sensibiliser le ministre sur les enjeux entourant le TDL ainsi que le code 34 qui est en révision auprès de son ministère en ce moment et pour lequel nous avons été consultés à maintes reprises. Donc, que l’on soit en accord ou non avec les orientations du gouvernement, il est primordial de se rappeler que le meilleur moyen de rayonner et d’influencer les décisions sur le plan politique, c’est de positionner l’OOAQ comme un acteur incontournable du monde de l’éducation.

La présence du ministre Roberge, qui tenait à vous adresser la parole lors notre événement, témoigne de l’importance et de la crédibilité qu’il accorde à l’Ordre et à vous, chers professionnels.

Enfin, je m’en voudrais de ne pas souligner la semaine de la persévérance scolaire et du rôle formidable que les orthophonistes et audiologistes peuvent jouer pour l’atteinte du plein potentiel de l’élève. L’Ordre tient toutefois à souligner l’apport des orthophonistes et audiologistes au-delà de l’école, dans l’accompagnement des employeurs pour favoriser la transition et l’intégration des élèves EHDAA vers le marché de l’emploi. Ainsi, la persévérance scolaire ne suffit pas. Il faut aussi que l’objectif final qu’est la réalisation de soi dans un milieu de travail adapté soit accessible à tous et c’est ce que l’Ordre portera comme message en cette semaine bien importante.

Pour retourner à l’infolettre, cliquez ici !